Guide de survie à Bali

Une fois arrivés à Bali, comment on se débrouille ? quels sont les « trucs » à savoir ?

Se déplacer

Quatre façons de se déplacer :

  • Transports en commun (pas toujours fiables ni bon marché)
  • Taxi ou chauffeur pour la journée (le plus confort)
  • Louer un scooter (le plus libre et meilleur prix)
  • Uber/Grab/GoJek (bon marché mais controversé)

Transports en commun

Le réseau de transports en commun à Bali se dégrade, dixit les locaux que nous avons rencontrés. Cela se confirme dans la réalité : les infos trouvées dans les guides datés d’à peine deux ans promettant bus fréquents et peu chers sont bien périmés.

Bali est une petite île et avec la croissance économique importante (due au tourisme) chaque foyer ou presque a dorénavant son propre véhicule. Les transports en commun sont malheureusement en voie de disparition dans les zones reculées.

A date d’écriture de cet article :

  • les bus Kura-Kura font des liaisons autour de Denpasar et il existe une ligne vers Sanur/Ubud (presque aussi chère pour deux que le taxi et peu fréquente)
  • Des liaisons régulières de bus entre Gilimanuk et Denpasar
  • Des liaisons entre Denpasar et la route Nord de Lovina/Singaraya
  • Des liaisons le matin sur l’axe Nord Gilimanuk-Singaraya (compagnie Putra Jaya et Adi Jaya) et toute la journée par bemo (minibus locaux rouges)

Les arrêts de bus sont rarement marqués. Il faut se trouver sur la route et faire un signe lorsque le bus arrive et négocier le trajet (n’acceptez surtout pas le premier tarif proposé, en général il faut diviser par 2!)

Pour info: en bemo compter environ 25000 roupies/pers pour faire Seririt-Pemuteran, et la même chose entre Pemuteran et Gilimanuk.

Taxi depuis l’aéroport de Denpasar, ne pas se faire avoir

A l’aéroport, tous les chauffeurs de taxi vous tombent dessus. Les « officiels » ont une chemise bleue.

Le tarif régulé pour Ubud est 300000 roupies par taxi (et surtout pas par personne !) Mais cela peut-être négociable si vous passez par un chauffeur sans chemise bleue, nous l’avons eu à 270000.
Si vous voulez avoir une chance de partager un taxi avec d’autres voyageurs, faites-vous des contacts AVANT de passer la douane ! après c’est la jungle.

Taxi

C’est encore le moyen privilégié par la majorité des touristes. Et le tarif n’est pas toujours exorbitant surtout si vous le partagez avec d’autres. Il est même parfois plus intéressant de réserver une voiture avec chauffeur pour la journée pour un tour, ou même un aller-simple avec des détours touristiques.

Compter 500000 à 650000 roupies la journée en fonction du nombre d’heures monopolisé et la distance.
Pour info, aller-simple Ubud-Munduk avec nombreux détours et arrêts (de 9h du mat’ à 18h) : 550000 roupies négociés avec un chauffeur (Roya, très sympa) dans la rue à Ubud.

Scooter

La liberté vous appartient ! Facile à conduire et permet d’aller partout, notamment hors des sentiers battus.

Néanmoins il faut être vigilant sur la route, les dangers sont omniprésents (conduite à gauche, circulation à l’asiatique, routes dégradées, chiens errants, pluies torrentielles).

A noter qu’il faut obligatoirement un permis de conduire international (voiture suffit), ou alors préparez-vous à devoir corrompre la police…

D’ailleurs en parlant de la police, plusieurs sont les voyageurs qui nous ont raconté qu’ils aiment arrêter les blancs pour avoir un petit billet. Le mieux est encore de faire comme si on ne les avait pas vu et tracer sa route. Ils seraient trop paresseux pour vous courir après 🙂

Il n’y a pas d’assurance à Bali. Vous avez un pépin sur le scoot pendant votre trajet ? c’est à vous d’aller trouver un garage, négocier et le réparer à vos frais.

Combien ça coûte ? voir en bas de l’article.

Uber/Grab/GoJek

Uber est arrivé en Indonésie, mais le meilleur marché reste Grab (équivalent local d’Uber), et GoJek (même chose mais à moto).

Attention, les taxis n’aiment pas du tout Uber, Grab et GoJek ! Certaines zones sont d’ailleurs marquées interdites pour ces moyens de transport.
Il vaut mieux éviter le sujet de conversation avec les chauffeurs de taxi (surtout pendant la négociation de la course).

Chacun de ces trois moyens a sa propre application qu’il faut télécharger pour faire marcher. Elles nécessitent la 3 ou 4G en plus du GPS.

Carte SIM (Kartu Sim) ou WiFi seulement ?

Tous les hôtels, guesthouse, homestay ont du WiFi (certes parfois de médiocre qualité). Et la plupart des restos et warungs aussi. Les Indonésiens sont tous joignables par What’s App. Le WiFi peut donc suffire.

Si toutefois vous souhaitez du bon débit, et surtout avoir des données dans « la nature », alors la carte SIM est vivement conseillée. Notamment pour économiser sur les frais de transport (cf plus haut Uber/Grab/GoJek).

Surtout, ne pas acheter la SIM a l’aéroport ! Tous les lieux de vente des cartes SIM vendent des « packs » avec différentes options. Et d’un magasin à l’autre, le même pack peut être du simple au triple. Ne pas hésiter à faire plusieurs échoppes avant de faire son choix.

Telkomsell semble avoir la meilleure couverture (avec XL) d’après le site Open Signal.

Si vous voulez faire un comparatif entre les compagnies téléphoniques locales c’est ici (en anglais).

Et un excellent tutorial-résumé (en anglais) pour savoir où acheter et comment paramétrer sa carte SIM.

A noter aussi que les packs proposés ont des « data » de différents types : celles qui s’utilisent tout le temps (Full, ou Flash), celles uniquement pour la nuit, celles uniquement sur les réseaux locaux, celles uniquement pour les sites de vidéo indonésiens… Il faut donc bien demander avant de « se faire avoir » par une carte 10Go dont 4 seuls sont vraiment utilisables.

Ce qu’il faut retenir : négocier son pack, faire attention à ce que vous obtenez en « data » et ne pas partir du magasin sans avoir contrôlé que tout fonctionne !

Manger et se loger

Se loger

Nous n’avons pas testé le couchsurfing, donc pas vraiment d’avis là-dessus à Bali.

Sinon comme partout en Asie, nous avons privilégié les applis :

  • Agoda (le meilleur rapport qualité-prix)
  • Booking.com (tout et n’importe quoi)
  • Hotels.com (plus cher et qualitatif, quand vous cumulez 10 nuits de réservation vous en avez une offerte).

En passant par elles vous aurez souvent les meilleurs promo possibles (mieux qu’en négociant directement).

Se nourrir

La plupart du temps le petit déjeuner est inclus dans votre lieu de résidence. Sinon, dans les supermarchés on peut trouver jus de fruit, pain (de mie) et confiture pour un petit déj occidental, mais le choix est limité.

Les Balinais mangent peu à l’extérieur d’habitude. Ils font la cuisine en famille. Les « cantines de rue locales » sont moins fréquentes que dans le reste de l’Asie du Sud Est. Originellement appelés « Warung » (supérette de proximité qui fait aussi la cuisine) on en trouve le long des rues principales des villages. Lorsque non transformés pour touristes, on y mange simplement pour pas trop cher et plutôt bien ! (ordres de tarifs plus bas).

L’offre de restauration est omniprésente. Impossible de mourir de faim !

Faire son itinéraire

Pour deux semaines nous avons tenté d’allier découverte du patrimoine culturel et de la campagne, exploration des montagnes et des fonds marins, et test des différents moyens de transport. Pour plus d’infos, voir le journal de voyage !

Notre inspiration vient surtout du dialogue avec les locaux, nos amis (merci Vincent et Marie-Léa pour vos super conseils !) et un peu du blog Love Trotters.

D’ailleurs nos coups de cœur, c’est ici !

Quelques idées sur le budget

Négocier en basse saison

La saison haute à Bali est la période juillet-août. En dehors de ces périodes, et surtout en saison des pluies (novembre à février-avril), ne surtout pas hésiter à négocier les tarifs !

Quelques coûts

Quelques ordres de grandeur des prix « normaux » pour éviter de se faire avoir.

  • Grande bouteille d’eau : 4000 à 5500 roupies en supérette
  • Nasi Goreng ou Mie Goreng : 20000 à 30000 roupies en warung local
  • Banane : 1000 à 3000 roupies
  • Un scooter : 50000 roupies la journée
  • Litre d’essence : 5500 roupies

Bilan de deux semaines à Bali

Pour 13 jours à Bali, nous avons dépensé un tout petit peu plus de 20€ par jour et par personne. Vivant sur un budget de voyage au long court, nous ne nous sommes pas pour autant privés comme en atteste le journal de voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *