Les Marlborough Sounds, une oasis de tranquillité

Sur la route

Notre voyage dans les Marlborough le 20 octobre, à la pointe Nord de l’île du Sud commence par de petits tortillons sur les routes de montagne étroites.
Nous sommes cependant assez dépités de constater que les forêts sont ravagés par la coupe intensives et qu’en guise de paysage, il ne reste que désert et désolation sur de grandes portions des flancs de colline, comme si on avait épilé la montagne à l’aide d’une bande de cire géante. Beurk.

Le grand panneau loufoque

A la grande bifurcation qui nous emmènera au French pass, un panneau bleu d’une taille démesurée qui indique les distances en kilomètres et en temps sur ce bout de terre « sans issues ». Pour rouler 50 kilomètres, il nous faudra 2 heures de temps à travers les champs couverts de fleurs jaunes et de moutons qui détalent au broum broum de notre maison roulante. La nature reprend ses droits ici, et ce n’est pas pour nous déplaire.

Premières sensations

A Okiwi, nous réalisons notre pause déjeuner au soleil et sous le vent. La baie est grande, un peu agitée par la brise. Lorsque le soleil montre le bout de son nez, l’eau reprend des couleurs bleues turquoises. L’endroit étant idéal pour faire une pause, nous faisons une petite sieste dans le van, porte ouverte, puis travaillons un peu sur nos pc aux soleil jusqu’à ce que nos batteries ne suivent plus. Il est temps de reprendre la route.

La baie Okiwi

Le temps se dégage un peu et les nuages gris laissent place à de fins filets blancs dans le ciel suivis par un soleil moins timide et plus lumineux. Notre bolide empreinte des routes de plus en plus étroites et en balcon sur toute la (devrais-je dire les) baie(s). Quel spectacle !

Elaine Bay, un refuge de tranquillité

A Elaine Bay, nous tombons tout de suite amoureux de cet endroit ! Nous prévoyons d’y passer une après-midi, mais le futur en décidera autrement =) Nous partons pour une balade le long de la crique, tantôt sous les bois, tantôt à travers les collines ou sur la grève. On ne résiste pas à ces lumières de fin de journée et ces couleurs d’automne pour prendre des photos, des photos et encore des photos.

Célestine pose à la lumière du soir

Une fois installés sur le camping du DOC face à l’alcôve de mer et entourée de falaises végétales, Nico part à la pêche sur le ponton. Il rencontrera une famille de locaux venus pour le week-end et aura la chance de voir des grandes raies nager sous les lattes de bois de la jetée !

Partie de pêche réussie

A 6h30 le lendemain matin (21 octobre), le soleil traverse les fenêtres et nous voilà réveillés, pleins d’énergie grâce à une bonne nuit de sommeil au calme. Le temps est plutôt mitigé et nous décidons de faire une pause dans la course effrénée des trajets pour profiter de l’instant présent et de la beauté de ce paysage. Qu’à cela ne tienne, Nico repart pêcher et Emi lit sur la pelouse, entourée parfois de poulets bleu et leurs petits qui se baladent sur le camping du DOC.

Petit coin paisible

Poursuite de la découverte de la région

Cet après-midi, nous prenons la route pour le French Pass, avant de revenir à Elaine Bay pour une bonne journée. C’est ici pour lire notre deuxième journée nature à Elaine Bay, rédigée par Nico.

On doit partir ? vraiment ?

Le 23 octobre, c’est encore un réveil au DOC. Des zouaves ont fait la fête jusqu’à 5h du matin, nous en avons la gueule de bois pour eux ! Nous enfilons un pull et sautons à l’avant, direction Picton. La route est belle encore ce matin, dégagée malgré quelques nuages et des moutons perdus nous ralentissent sur le chemin. C’est parti pour une autre aventure !

Bientôt disponible, l’article vers Picton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *